CHIFFRES MARQUANTS – BAROMÈTRE BLOCKCHAIN #5

CHIFFRES MARQUANTS – BAROMÈTRE BLOCKCHAIN #5

113 milliards d’$

Valorisation du Bitcoin au 2 juillet 2018 / $ 6 600

267 milliards d’$

Valorisation des crypto-monnaies au 2 juillet 2018

6,3 milliards d’$

Montant levé par les ICOs au Q1 2018

1,7 milliard d’$

Montant record levé par l’ICO de Telegram

300 K€ / seconde 

Montant injecté par les investisseurs dans les ICOs en 2017

BAROMÈTRE BLOCKCHAIN #5 JUILLET 2018

BAROMÈTRE BLOCKCHAIN #5 JUILLET 2018

1 an ! Eh oui, votre désormais traditionnel Baromètre Blockchain a déjà fêté ses 1 an… Et il s’en est passé des choses dans le monde crypto depuis le lancement du premier numéro au printemps 2017. Tout est allé très vite. Comme nous le disons dans l’équipe, nous étions dans les « années-chien » à l’ère d’Internet, nous sommes aujourd’hui aux « années-mouche » sous l’ère crypto. Petite mise en perspective…

 

Lors de notre premier numéro d’avril 2017, le mot ICO n’avait pas été prononcé une seule fois… Que les choses ont changé… Plus de 800 Initial Coin Offerings lancées – avec plus ou moins de réussite –  sur le reste  de la même année pour près de 5,6 Milliards de dollars levés. Ces deux chiffres sont déjà dépassés à ce jour en 2018… Et quelques opérations marquantes comme celles de Telegram, qui, en l’espace de deux Private Sales, a levé la modique somme de 1,7 Milliard de dollars. Il semblerait qu’Amazon projette de lancer sa propre Token Sale… Sûrement celle de tous les records…

En à peine un an, le secteur est sorti de terre, a connu l’euphorie avec 85% de taux de réussite par projet avec des levées stratosphériques en des temps records, puis a mûri, avec des investisseurs s’aguerrissant et se professionnalisant face à des arnaques (les fameuses « scams ») de plus en plus nombreuses. Aujourd’hui, ce sont les acteurs de l’économie traditionnelle qui commencent à utiliser les modalités de financement via l’émission et le trading de crypto-actifs.

Afin d’accompagner ces acteurs dans les meilleures conditions, les choses évoluent également très vite de notre côté. Largillière Finance est depuis quelques semaines partenaire d’Olymp Capital. Olymp Capital, basé au Luxembourg, est le premier Gestionnaire d’Actifs européen, spécialisé dans la blockchain et les crypto-actifs. Olymp Capital (www.olymp.capital) apporte une solution globale d’investissement et de gestion de cette nouvelle classe d’actifs aux investisseurs professionnels.

Dans cette même philosophie d’accompagnement 360°, l’Institut de Recherche Technologique SystemX (www.irt-systemx.fr/)  – qui compte la plus importante équipe R&D Blockchain en France – et Largillière Finance ont annoncé, le 17 mai dernier, à la Caisse des Dépôts, leur partenariat stratégique et leur offre commune d’accompagnement technologique, stratégique et financière destiné aux porteurs de projets d’ICO. D’autres partenariats stratégiques vous seront bientôt annoncés…

Vous trouverez dans cette 5ème édition anniversaire de votre Baromètre Blockchain vos habituels Avis d’Experts qui vous présentent leur étude de cas. Mention spéciale ce mois-ci à Charles Kremer et Eric Théa qui nous font la gentillesse de participer à ce numéro.

  • « EOS ou la plus grosse ICO de l’histoire » – par Paul Bougnoux, Associé Fondateur Largillière Finance
  • « L’application de la Blockchain à l’exécution des garanties assurantielles » –  par Emmanuel Solesse, Partner TNP Consultants
  • « Connecty : première blockchain dédiée à l’économie de la connaissance » – par Thibault Verbiest, Avocat associé DS Avocats
  • « Cas d’usage des Green Bonds » – par Charles Kremer, Directeur du Programme Territoires Intelligents, IRT SystemX & Eric Théa, Coordinateur du Programme Territoires Intelligents, IRT SystemX

 

Pour ceux qui ne le seraient pas encore, nous vous invitons à vous inscrire sur « votre » site dédié Blockchain : www.barometreblockchain.com pour ne plus rien rater de l’actualité crypto et tokens !

Toute l’Equipe Baromètre Blockchain Largillière Finance & TNP vous souhaite bonne lecture et (déjà) un bon été ! Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée avec une actualité chargée et des annonces en perspective !

 

INVESTISSEMENTS ET ANALYSES

INVESTISSEMENTS ET ANALYSES

 

L’année 2017 avait, semble-t-il, marqué l’explosion des ICOs après seulement 3 ans d’existence pour ce nouveau moyen de financement. Explosion, certes, mais qui a été dépassée lors des seuls 3 premiers mois de 2018. Ce premier trimestre nous offre les 4 plus grosses ICOs jamais réalisées, et de loin : Telegram a lancé ce qui se résumera finalement à deux phases de Private Sale pour un total de 1,7 Milliard $, soit plus de 6,5 fois l’ICO de Filecoin, la plus importante de 2017. A la 2e place se trouve l’ICO de Petro, la crypto-monnaie émise par le gouvernement vénézuélien, qui a déjà levé 735 Millions $ sur les 5 Milliards $ prévus par le White Paper. Dragon Coin et Huobi lèvent respectivement 320 et 300 Millions $, soit plus du double de leur équivalent de 2017.  La somme des montants levés par le top 10 des ICOs de Q1 2018 s’élève à 3,575 Milliards $, soit 2,5 fois plus que le top 10 de l’année entière 2017.

Ce premier trimestre 2018 a été, comme dit précédemment, le plus riche en levées de fonds par ICO de tous les temps. Malgré un léger déclin de 10% en mars par rapport au mois précédent, 6,3 Milliards $ ont été levés à Q1. Les chiffres de Q2 2018 nous donneront une bonne idée de l’orientation du marché, dans l’attente du boom des Security Tokens. Gardons en tête que le mois de février a hébergé la plus grosse ICO jamais réalisée, celle de Telegram, et donc que les chiffres peuvent être biaisés dans ce sens.

Le mauvais début d’année des crypto-monnaies – après une fin d’année 2017 euphorique – n’a pas entamé l’appétit des investisseurs. Bien au contraire ! Après 7 ICOs en 2014, 7 en 2015, 29 en 2016, 871 en 2017, nous en sommes déjà à 853 à date en 2018 ! Il n’y a pas que le nombre d’ICOs qui connaît une tendance haussière, mais également la taille moyenne des opérations. Même sans des ICOs exceptionnelles telles que Telegram en début d’année, la tendance est bel et bien présente.

Le phénomène est le fruit de plusieurs facteurs comme l’arrivée sur le marché d’acteurs de l’économie traditionnelle, d’institutionnels financiers et de l’arrivée progressive mais inéluctable des Security Tokens.

Une nouvelle tendance observée depuis le début de l’année est l’orientation des opérations vers davantage de fonds levés durant les Private Sales au détriment des phases publiques. La légalité des  « private placements » dans la plupart des pays et le phénomène d’institutionnalisation des ICOs expliquent en grande partie ce mouvement.     

Comme souligné dans notre dernier numéro du Baromètre Blockchain, les cours de nombreuses crypto-monnaies ont connu une envolée sur la fin de l’année 2017. Ce mouvement haussier et sa médiatisation a poussé les non-initiés à s’intéresser à ce marché qui leur était inconnu et à ainsi investir massivement dans le Bitcoin, sans pour autant suffisamment diversifier leurs investissements dans l’Ether ou autres Altcoins (Litecoin, Ripple, Bitcoin Cash, …). Lors de la chute de la valeur du BTC fin décembre/début janvier 2018, la part de ce dernier dans les Wallets a diminué drastiquement pour être remplacée par une majorité d’Altcoins, monnaies de « niche » (mais bénéficiant de potentiels de croissance et de retours sur investissements bien plus importants, comparables à ceux du Bitcoin ou de l’Ether à leurs débuts). Depuis plusieurs mois maintenant, l’ensemble de ces Altcoins connaît quelques difficultés avec des valeurs pour le moins fluctuantes. Depuis lors, le Bitcoin, qui n’a pas dit son dernier mot, en tant que valeur refuge, regagne progressivement du terrain dans la capitalisation globale des crypto-monnaies.

EOS ou la plus grosse ICO de l’histoire

EOS ou la plus grosse ICO de l’histoire

EOS est une nouvelle blockchain qui a vu le jour en 2017 et dont les caractéristiques ont séduit nombre d’investisseurs depuis son lancement.

Le 2 juin dernier a eu lieu le lancement de EOSIO v1.0 par Block.one, la société qui a développé cette blockchain. Il s’agit d’un événement important puisqu’il est probable qu’EOS devienne l’une des plateformes de choix pour le développement de projets utilisant des smart contracts dans les années à venir.


Block.one développe des logiciels open-source, notamment « EOSIO », et a pour CTO Daniel Larimer qui est également fondateur de BitShares et Steem.

Le financement d’EOS a été réalisé par une ICO atypique de par sa durée et le montant levé. Lancé le 26 juin 2017 et étendu sur 341 jours, le projet a réussi à lever l’équivalent de 4,1 milliards de dollars (au prix de l’ETH au 31/05/2018).

Plusieurs aspects clefs d’EOS expliquent l’engouement des investisseurs : plateforme de smart contract avec un focus sur la rapidité, scalabilité et expérience utilisateur.

Un nouveau système de consensus – DPoS (Delegated Proof of Stake) – a été adopté afin d’obtenir un modèle de réseau rapide et sans frais de transactions. Pour son environnement de développement, EOS utilise WebAssembly Virtual Machine (WASM), contrairement à Ethereum qui utilise Ethereum Virtual Machine (EVM). Cette différence est importante car WASM est plus rapide, plus performant et offre un ensemble de langages de développement déjà adopté par tout développeur dans le monde (C, C++, Rust…).

D’autre part, des opérations de transactions plus faciles grâce à une identification simple des propriétaires de chaque adresse sur le réseau, ou encore la possibilité de récupérer ses tokens en cas de hack, sont des points importants pour permettre une adoption de masse de la blockchain.

Pour comprendre le positionnement d’EOS dans son écosystème, il faut revenir au trilemme proposé par Vitalik Buterin (fondateur d’Ethereum) pour expliquer ce que chaque nouvelle blockchain essaie de résoudre simultanément : scalabilité, décentralisation et sécurité. En fonction du mécanisme de consensus utilisé, les blockchains résolvent actuellement 2 des 3 caractéristiques de ce trilemme. Ainsi, le consensus de la blockchain Bitcoin favorise la décentralisation et la sécurité par rapport à la scalabilité : seulement 3 à 4 transactions par seconde sont possibles sur le Bitcoin. Avec son nouveau consensus (DPoS), EOS entend conserver la scalabilité et la sécurité mais dans un ensemble plus centralisé que ne le propose Ethereum. Ceci a pour avantage d’offrir théoriquement une capacité de 1 million de transactions par seconde. En comparaison, le réseau de paiement Visa permet de procéder à 1667 transactions par seconde.

De fait, ce très court article montre comment EOS pourrait devenir un compétiteur important pour Ethereum en ce sens que de nombreux projets pourraient profiter des améliorations technologiques proposées par cette blockchain et son protocole. Il faut cependant rester mesuré et observer comment les développeurs aborderont les nombreux défis qui les attendent. Malgré ses promesses et la valeur actuelle du token (EOS – 7,72$, capitalisation 6,9 Md$ – 26/06/18), cette nouvelle blockchain n’en est qu’à sa naissance…

APPLICATION DE LA BLOCKCHAIN A L’EXECUTION DES GARANTIES ASSURANTIELLES

APPLICATION DE LA BLOCKCHAIN A L’EXECUTION DES GARANTIES ASSURANTIELLES

Les enjeux

La blockchain connait une multiplicité d’applications possibles, au sein du secteur assurantiel notamment. Un système permettant de gérer de manière automatisée et sécurisée la gestion des garanties de contrats d’assurance voit de plus en plus de projets se développer sur cette technologie.

Grâce à ses smart contracts la technologie Blockchain est en phase de révolutionner le processus de gestion des garanties de contrat des clients.

Les smart contracts, sont des contrats s’appuyant sur la technologie blockchain pour assurer le transfert d’actifs automatiquement lorsque les conditions du contrat sont remplies. Des données extérieures à la blockchain peuvent être utilisées pour fournir les données nécessaires à l’exécution du contrat, introduisant donc un nouveau tiers de confiance appelé « oracle ».

Aujourd’hui, les clients potentiels souhaitent un service amélioré. Avec l’évolution digitale de leur expérience, ils ne tolèrent plus les procédures de déclaration liées à leur contrat. L’amélioration continue liée à la révolution technologique nous habitue à exiger un service toujours plus complet, fiable et automatisé. Les acteurs du marché se voit donc challengés sur la qualité de leur offre, sans compter les nouvelles législations telles que la loi Hamon, qui redéfinit la concurrence dans le secteur…

Dans notre cas d’usage, les enjeux sont les suivants :

  • Emancipation pour l’assureur et l’assuré des phases déclaratives
  • Diminution de la durée de traitement des sinistres
  • Suppression du risque de fraude
  • Baisse des coûts de gestion
  • Augmentation de la satisfaction client
  • Facilitation de la déclaration d’un sinistre à l’aide d’un smartphone
  • Intégrité des données échangées et exploitées par la blockchain pour déclencher le dédommagement automatiquement
  • Permettre le suivi et la mise à jour des profils en temps réel

 

Les cas d’usages

  • Sécheresse & Inondations : Pour les agriculteurs ayant contracté une assurance sécheresse ou inondation sur leurs terres, dès qu’une période de pluie ou de sécheresse dépasse les 30 jours par exemple, l’agriculteur est automatiquement indemnisé à hauteur du montant prévu par l’assureur dans le smart contract grâce aux données météo collectées par la blockchain.
  • Viticulture : Face aux pertes financières importantes que subissent les vignerons dues au gel, les smart contacts leur permettent d’être dédommagés très rapidement. Il leur suffit d’envoyer une photo géolocalisée et horodatée prouvant le gel dans la parcelle assurée via l’application « vignes et gel » pour déclencher le virement. En cas de doute sur la preuve, les données météo seront exploitées pour confirmer ou infirmer la preuve.
  • Retards de vols : En cas de retard d’un vol, le passager est automatiquement indemnisé. Son contrat est automatiquement enregistré dès la souscription et l’oracle alimente la blockchain avec les horaires d’arrivée des vols. En cas de retard et selon les conditions du contrat (ex : retard de plus de 2h), le virement est automatiquement exécuté via le smart contract.

Les avancées dans ces domaines :

  • Etherisc a lancé une plateforme de smart contracts pour les agriculteurs via la blockchain Ethereum
  • Vignes et gel a été développé par Atos et Ethereum. La solution est maintenant sur une blockchain privée sur Quorum
  • Axa lance Fizzy sur la blockchain Ethereum pour indemniser ses clients dès qu’un avion a plus de 2h de retard
  • Blocksure met à disposition des assureurs une plateforme blockchain permettant la gestion des smart contracts
CONNECTY : PREMIERE BLOCKCHAIN DEDIEE A L’ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE

CONNECTY : PREMIERE BLOCKCHAIN DEDIEE A L’ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE

L’économie de la connaissance est un des enjeux majeurs du XXIème siècle. Basiquement, elle regroupe deux acteurs : ceux qui créent la connaissance et ceux qui innovent.

En 2016, les deux font preuve, au niveau mondial, d’une certaine efficacité avec, d’un côté, plus de 1 568 280 publications scientifiques enregistrées et de l’autre environ 240 000 brevets déposés. Malgré cela, l’accès aux connaissances reste difficile pour nombre d’acteurs innovants, et ce notamment pour trois raisons :

• Difficultés à se comprendre, à parler le même langage entre les métiers, la recherche et les domaines

d’application

• Méconnaissance de la richesse et des spécificités du monde de la connaissance

• Manque de visibilité des créateurs de connaissance

Il en résulte la sensation qu’à quelques exceptions près, ces deux mondes demeurent pour l’heure trop éloignés l’un de l’autre.

Connecty.io, porté par une équipe française, crée le trait d’union qui reliera les porteurs et créateurs de connaissance avec ceux chargés de transformer cette dernière en innovation. Connecty.io est une plateforme de mise en relation de ces deux mondes de l’innovation et de la connaissance, qui crée un écosystème nouveau dédié à la connaissance avec sa propre monnaie virtuelle (le token CTY) et son économie circulaire basée sur la blockchain.

L’acheteur de connaissances est celui qui fait face à un défi, une problématique de tout ordre (scientifique, organisationnelle, économique, etc.) et pour laquelle il doit chercher des réponses.

Le créateur et porteur de connaissance devient fournisseur dans le monde de l’économie de la connaissance. Il se sert de la plateforme CONNECTY pour se donner de la visibilité et proposer ses services, son expertise dans son domaine.

 Connecty lance son ICO et vient de débuter sa Pre-sale (www.connecty.io)

CAS D’USAGE DES GREEN BONDS

CAS D’USAGE DES GREEN BONDS

1. Le contexte

Les obligations vertes, green bonds en anglais, sont des emprunts émis sur le marché pour financer des projets contribuant à la transition écologique. Mais si ce marché est en forte croissance, il reste actuellement handicapé par plusieurs difficultés (voir ci-dessous), auxquelles la blockchain pourrait apporter des solutions pertinentes. C’est pourquoi l’IRT SystemX et ses partenaires, la Caisse des dépôts et l’ANSSI, développent actuellement une place de marché des obligations vertes basée sur la blockchain. A travers ce projet, nous souhaitons :

– Définir les conditions techniques, économiques et juridiques nécessaires au déploiement de la solution

– Lever les verrous technologiques associés à ce cas d’usage et expérimenter pour démontrer la conformité aux exigences

– Prescrire des recommandations techniques au bénéfice de l’industrie

2. Les difficultés du marché actuel

Le marché actuel des obligations vertes souffre des difficultés suivantes :

– Les processus ne sont pas optimisés car les informations ne sont pas partagées (ex: processus KYC)

– Le nombre important d’intermédiaires et de contreparties se traduit par des efforts de réconciliation, des coûts et des délais (ex : le banquier dealer, CSD)

– La certification est réalisée par un « second party opinion » payé par l’émetteur, donc cette étape peut susciter des réserves sur sa crédibilité

– Le marché secondaire est apathique et peu liquide

3. La proposition de valeur

Nous proposons un système qui fluidifie les échanges et augmente la transparence. Plus précisément, la blockchain peut intervenir à 3 niveaux dans le cycle de vie d’une obligation verte :

– La certification : La blockchain peut apporter plus de transparence et d’équité. Elle peut être utilisée pour tracer les processus de certification de chacun et aboutir à plus d’homogénéité dans les pratiques. La blockchain peut aussi favoriser la collaboration en incitant les acteurs à partager leur évaluation de l’obligation, pour aboutir à une vue agrégée de sa valeur qui serait plus pertinente qu’aujourd’hui.

– L’émission et l’allocation sur le marché primaire : La blockchain permet la collaboration et l’automatisation. Des informations, telles que des preuves d’identité, pourraient être partagées entre les acteurs pour rendre le processus de KYC plus efficace. Le rôle des intermédiaires pourrait être simplifié, puisque l’ensemble du processus pourrait être automatisé, sous une supervision adéquate et avec une gouvernance partagée. Et bien sûr, l’automatisation pourrait réduire les coûts et les délais de traitement.

– La revente sur le marché secondaire : La blockchain peut favoriser les affaires car, comme pour le marché primaire, en créant des conditions favorables (un écosystème collaboratif, des processus simplifiés et transparents), le marché secondaire devrait être plus actif. 

Mais ce système ne sera acceptable que si un certain niveau de confidentialité reste préservé.

4. Les verrous (suite)

L’interopérabilité : Le système des obligations vertes sur blockchain doit inter-opérer avec les systèmes informatiques existants, mais aussi potentiellement avec d’autres modules blockchain. Par exemple, nous pourrions nous connecter à une solution de KYC basée sur la blockchain, ou encore à une solution de règlement livraison sur la blockchain, afin de créer des synergies avec d’autres travaux en cours. Mais puisqu’il n’existe pas encore de standard aujourd’hui, cette interconnexion nécessite des travaux dédiés, notamment pour la définition de l’architecture.

Sécurité et passage à l’échelle : Une analyse de la sécurité sera réalisée au niveau du système global pour s’assurer de sa résistance contre les attaques. Nous utiliserons des simulations pour tester, dans un environnement maitrisé et reproductible, les différents scénarios d’attaque et de stress du système. Ces tests fourniront des informations pertinentes pour ensuite calibrer la blockchain (topologie réseau, types et nombres de nœuds, algorithme de consensus) et optimiser ses performances (latence et débit). Comme toujours, le bon équilibre est à trouver entre sécurité, performances et coûts.

Conformité juridique : Dans le cadre de nos travaux, nous resterons attentifs à l’évolution du cadre juridique et réglementaire applicable.

5. Roadmap et prochaines étapes

Nous avons développé un premier « MVP » (Minimum Viable Product) qui permet de réaliser sur la blockchain les principales fonctions de la place de marché, et de mettre en lumière les verrous qu’il reste à traiter. Nous travaillons actuellement à des évolutions autour de la confidentialité, de la gouvernance, etc… Si ce projet vous intéresse et que vous souhaitez travailler avec nous, n’hésitez pas à nous contacter.

News

News

Start-up

Comcast Venture invested $3.3 Million in Blockdaemon, a New York City-based startup that creates enterprise software for interacting with a wide range of blockchains

  •  Blockdaemon is a blockchain deployment facilitator. Easy one-click deployment, management and supervision of nodes, in any configuration
  •  As part of the investment, Blockdaemon has formally become the first participant of mState, an enterprise blockchain accelerator backed by Comcast and Boldstart, with technical and marketing support from IBM

MIT-Founded Eximchain startup raised $20 Million for Supply Chain Blockchain

  • A supply-chain focused blockchain startup founded in 2015, Eximchain enables businesses to connect, transact, and share information more efficiently and securely through our blockchain utility infrastructure. Using Eximchain blockchain technology, enterprises can eliminate traditional supply chain barriers and integrates actors big and small into an efficient, transparent, and secure global network
  • Investors include FBG Capital, a cryptocurrency hedge fund from China. Other participants included INBlockchain, a blockchain capital firm founded by Li Xiaolai (a Chinese cryptocurrency activist) and Hong Kong-based investment firm Kenetic Capital

Bitpay raised $40 Million in Series B round

  • Blockchain payments startup Bitpay has successfully raised $40 million in a Series B round with participation by venture capital firms Menlo Ventures and Aquiline Technology Growth
  • BitPay will use this to expand its operations in Asia, in addition to allocating funds to new engineering hires, regulatory licensing and technology acquisitions

Banking /Finance

Taiwan’s central bank is implementing blockchain technology in order to improve its operations

  • Bank will explore the feasibility of enhancing the security and efficiency of payment systems using decentralized ledger technology
  • Apart from Blockchain bank is also exploring Big Data, artificial intelligence and other technologies to predict and analyze economic and financial conditions more effectively

Singapore Central Bank exploring blockchain for payments

  • Monetary Authority of Singapore has partnered with the Bank of Canada to test and develop a cross-border solutionusing crypto tokens issued by the two central banks

Lithuanian Central Bank seeks developers for Blockchain Sandbox

  • LBChain initiative – a service-based blockchain platform aimed to serve as a regulatory sandbox for startups working with blockchain technology
  • LBChain is intended to assist both Lithuanian and international companies in acquiring knowledge of the blockchain and in conducting blockchain-focused research

PKO Bank Polski has announced their partnership with blockchain company Coinfirm to provide a DLT(Distributed Ledger Technology) – based storage and verification system for bank documents

  • Aims to bring Blockchain technology to PKO’s banking system via the Trudatum tool developed by Coinfirm. The system will provide customers with a secure means to access documents containing information regarding regulations, transactions, fees, and commissions
  • A Blockchain storage system could also provide savings on costs of operation for PKO, as it eliminates the need for expensive paper documentation

Bank of England to test blockchain features for new payment system

  • To understand how the renewed Real Time Gross Settlement (RTGS) service could be capable of interacting with Distributed Ledger Technology (DLT)
  • The UK bank will cooperate with companies such as Baton Systems, Clearmatics Technologies Ltd, R3, and Token, which develop payment solutions using innovative technologies. The project parties will examine the ability of DLT-based payment systems to interact with the renewed RTGS service and qualify ways in which the service’s “functionality could be expanded

Insurance

US Insurance companies UnitedHealth and Humana launch blockchain pilot aimed at improving the quality of healthcare data

  • They would develop the pilot in cooperation with MultiPlan and Quest Diagnostics. UnitedHealth Group will participate through two of its subsidiaries, UnitedHealthcare and Optum
  • The pilot is targeting a key point in the healthcare industry, data reconciliation, which according to one estimate costs as much as $2.1 Billion in annual spending

Supply chain

GE Transportation is joining a cross-industry consortium that’s looking for ways to use blockchain tech in logistics

  • The company will collaborate with other firms to utilise the blockchain in digital solutions for industry transformation
  • The Blockchain in Transport Alliance (BiTA) already consists of over 200 members, including logistics firms such as FedEx and UPS. Tech companies, retailers and analytics providers are also present within the consortium
  • Blockchain’s digital ledger technology makes it ideal for storing and sharing data across distributed networks, providing a single source of truth for peer-to-peer transactions

Automotive

BMW working with a London-based startup Circulor to use blockchain to prove batteries for its electric vehicles will contain only clean cobalt

  • This helps BMW to map cobalt that is already assumed to be clean because it comes from jurisdictions such as Australia and Canada or from industrial production in Congo
  • Aims to show it is possible to give clean cobalt a barcode by entering the main stages of its journey on to a distributed ledger, potentially cutting regulatory compliance costs

Vechain a blockchain-based supply chain platform partnered with BMW & Oxford University, becomes Vechain Thor (VET)

  • VeChain is primarily a Blockchain-as-a-Service (BaaS) firm that has a particular focus on the Internet of Things (IoT). The platform uses blockchain to authenticate and guarantee the quality of goods on a supply chain
  • The blockchain authentication is achieved by using smart chips which monitor and tracks the goods throughout the supply chain, recording securely on the distributed ledger. The deal with BMW has rebranded itself as VeChain Thor

Audi is exploring blockchain for its distributional network

  • Audi is testing Blockchain technology for its physical and financial distribution processing. With its new solution, Audi aims to increase the security and transparency in its global supply chains.
  • Blockchain is used to improve the safety of data transfers, effectiveness of supply chains, management of local energy grids and for the management of digital entities

Mercedes-Benz tested the use of the blockchain to encourage eco-driving through a project, MobiCoin, a virtual currency that rewards drivers who adopt eco-driving reflexes

  • Mobicoin is a mobile application linked to vehicle data of the participants. From the data of acceleration, braking and speed, the app calculates the « environmental score » of the driver
  • This cryptocurrency can be accumulated, paid to other members, exchanged for rewards: tickets for sports competitions
  • The points can be accumulated by driving responsibly i.e, by accelerating more smoothly, practicing « coasting » (freewheeling) in descents and before braking

 

Others

Chinese E-Commerce JD.com launched Blockchain Accelerator

  • JD considers blockchain technology and its integration into mainstream use as the key to a new age of cost effectiveness and customer satisfaction
  • JD is to use blockchain technology to promote complete transparency
  • Six blockchain technology companies – CanYa, Bluzelle, Nuggets, Republic Protocol, Devery and Bankorus – have been chosen as members of the AICA – accelerator’s first cohort

Xiaomi has joined the Linux Foundation-backed blockchain consortium Hyperledger to utilize blockchain technology to boost the firm’s internet solutions

  •  Xiaomi launched its own CryptoKitties. The service allows users with Xiaomi accounts to adopt digital rabbits with different designs and built-in scarcity on a blockchain system that stores the transactions for each adoption

Puerto Rico government has created an advisory council aimed at spurring the development of blockchain businesses on the island

  • Tax exemptions are helping to attract businesses and individuals to the island to invest in blockchain technology
  • Blockchain Unbound, a three-day conference, just hosted 800 start-up founders, bankers, hedge-fund investors and
    others to promote blockchain technology

Cisco developing confidential communications via blockchain in patent filing

  • Cisco is exploring blockchain technology as a way to make confidential group messaging easier and more secure
  • A blockchain could enable people to form groups spontaneously and share files and other information while keeping track of membership
  • It proposes using cryptographic keys shared among group participants to establish a peer-to-peer network – in other words, creating a decentralized group chat with only those members authorized to join it

IBM revealed blockchain computer ‘smaller than grain of salt’ to track objects and devices

  • The world’s smallest computer – its dimensions less than a grain of salt – will use Blockchain technology and soon be embedded into everyday devices
  • This will perform data handling on the required scale, including to monitor, analyze, communicate, and act on data

Google planning to create its own blockchain and offer cloud and transactional services through it

  • The Alphabet Inc. unit is developing its own distributed digital ledger that third parties can use to post and verify transactions
  • Google cloud platform offers various products in computing, storage, networking and other tools. While the company promises security through Identity-Aware Proxy and multiple factor authentication, centralized computing network still poses a threat to its users. So, using decentralized technology will further strengthen Google’s secure infrastructure
  • Google has already invested in blockchain startups including Sorj Labs, Blockchain, Ripple, LedgerX, Buttercoin and Veem

Coca-Cola and U.S. State Dept. to use blockchain to combat forced labour

  • A project using blockchain’s digital ledger technology to create a secure registry for workers that will help fight the use of forced labor worldwide
  • This project is to further increase transparency and efficiency of the verification process related to labor policies within coca cola’s supply chain

Japanese chat app Line forms South Korean blockchain subsidiary called Unblock

  • Unblock is Line’s digital ledger blockchain technology and will serve as a bridge to help South Korean virtual currencies
    expand into Japan and Southeast Asia.
  • Unblock to act as an educational and research lab for blockchain technology in South Korea

Government of Mexico has been quietly working on a project to track bids for public contracts using blockchain

  • The system was initially developed by a team of university graduates whose design won a contest for blockchain solutions that can help improve public services
  • With blockchain applied to public contracts they will be able to know whether a company that provides services to the government is trustworthy
  • The technology would eliminate the easily corruptible human element and introduce transparency to the public tender process and the blockchain would store records of the bidding process, allowing for audits after the fact

Sirin Labs has selected Foxconn to build its Finney blockchain phone

  • Finney, created by Sirin Labs, will be a phone that lets users store and use digital currencies without having to pay transaction fees and can store a digital wallet
  • The Finney will be capable of working without using an exchange to convert digital currencies, and will let users shop on sites such as Expedia easily
  • It allows users to turn their phones into personal hotspots that can be rented out for digital tokens. Security will be protected via iris or fingerprint scans, or a password can also be used

Singapore government launched a challenge that will reward successful blockchain projects with funding

  • Singapore’s Infocomm Media Development Authority (IMDA) aims to boost blockchain innovation as part of a wider goal of the digital transformation in the city state
  • The bureau is specifically targeting two categories of blockchain applications: enterprise and transformation

 

Chiffres marquants – Baromètre blockchain #4

Chiffres marquants – Baromètre blockchain #4

198 milliards d’$

Valorisation du Bitcoin au 19 janvier 2018 / $ 19 548 : pic du cours du Bitcoin au 16 décembre 2017

587 milliards d’$

Valorisation des crypto-monnaies au 19 janvier 2018 / 814 Mds$ : pic de valorisation au 7 janvier 2018

10 000 milliards d’$

Potentiel du marché mondial Blockchain et cryptodevises d’ici 15 ans d’après une étude de la Royal Bank of Canada

257 millions d’$

Montant record levé par l’ICO de Filecoin (USA)

1,1 milliards d’$ 

Montant des fonds levés via ICO au seul mois de décembre 2017 / Le montant total sur l’année 2017 a atteint 5,6 Mds$