Chiffres marquants – Baromètre blockchain #4

Chiffres marquants – Baromètre blockchain #4

198 milliards d’$

Valorisation du Bitcoin au 19 janvier 2018 / $ 19 548 : pic du cours du Bitcoin au 16 décembre 2017

587 milliards d’$

Valorisation des crypto-monnaies au 19 janvier 2018 / 814 Mds$ : pic de valorisation au 7 janvier 2018

10 000 milliards d’$

Potentiel du marché mondial Blockchain et cryptodevises d’ici 15 ans d’après une étude de la Royal Bank of Canada

257 millions d’$

Montant record levé par l’ICO de Filecoin (USA)

1,1 milliards d’$ 

Montant des fonds levés via ICO au seul mois de décembre 2017 / Le montant total sur l’année 2017 a atteint 5,6 Mds$

Baromètre Blockchain #4 janvier 2018

Baromètre Blockchain #4 janvier 2018

Paul BOUGNOUX Associé Fondateur Largillière Finance

Avant toute chose, l’ensemble de l’équipe Baromètre Blockchain vous présente ses meilleurs crypto-voeux pour une année 2018 riche en projets réussis et en plaisir ! Du plaisir, nous, nous en prenons tant le secteur est captivant dans ses évolutions ! La preuve en chiffres… 5,6 milliards de dollars, c’est le montant levé par les ICO (les fameuses « Initial Coin Offerings » qu’on ne vous présente plus) sur la seule année 2017 dans le monde (cf. Chiffres marquants du jour) ! Soit dix fois plus que le montant des investissements en venture capital dans le secteur de la Blockchain sur la même période. Et compte tenu des chiffres de la fin de l’année, cela n’est pas près de ralentir (voire Investissements & Analyses).

Thomas BUREAU Directeur Largillière Finance

Si les ICO concernent pour l’heure majoritairement des investisseurs avertis et notamment les crypto-enthousiastes, les crypto-monnaies telles que le Bitcoin deviennent un véritable phénomène de société. 2017 aura été l’année ou la première crypto-monnaie du marché est passée de monnaie virtuelle synonyme de financement du terrorisme ou du trafic de drogue à un véritable, actif à part entière adoubé par le grand public et reconnu par la finance internationale et
les Etats. Aujourd’hui, ce nouveau marché qu’est la crypto-finance, accompagnée de son cortège de nouveaux actifs tels que les coins et les tokens qui ont émergé à vitesse grand V, fait face à plusieurs défis. L’un d’entre eux est la gestion de la croissance exponentielle des nouveaux utilisateurs de crypto-devises : quand ils étaient tout juste quelques centaines de milliers au début de l’année, on en dénombre plus de 50 millions à ce jour. Et ce n’est pas sans poser des problèmes techniques aux plateformes de change crypto… L’afflux massif de nouveaux inscrits en décembre dernier a ainsi obligé certaines d’entre elles a purement et simplement bloquer toute nouvelle inscription quand cela n’a pas été la suspension des cotations !

Benoit RANINI Président TNP

Chez www.barometreblockchain.com, nous prenons le pari que 2018 sera l’année où ces défis seront relevés par l’industrie des crypto-actifs, qui n’aura pas le choix si elle veut passer du statut de simple phénomène spéculatif à celui d’institution internationale établie.
Nous vous en parlions dans notre dernier numéro, Largillière Finance et DS Avocats ont co-organisé la conférence de référence sur les ICO le 9 novembre dernier au Palais Brongniart. Grâce à vous toutes et tous, cet événement unique a été un succès au-delà de nos espérances. Vous avez été plus de 400 participants – et nous avons dû bloquer les inscriptions ! – à échanger, débattre, présenter vos projets.

Emmanuel SOLESSE Partner TNP

Nous vous remercions et vous donnons rendez-vous pour l’ICO Conference #2 (date et lieu à venir) ! Nous l’évoquions également dans l’édition automnale du Baromètre riche en actualité, Largillière Finance et DS Avocats, avec le soutien du Pôle Finance Innovation et du Conseil supérieur du Notariat, ont édité un Livre Blanc intitulé « Crypto Finance – Émergence d’un nouveau marché mondial ». Nous avons le plaisir de vous le transmettre ici. Bonne lecture !Vous trouverez dans cette 4ème édition de votre Baromètre Blockchain les Avis d’Experts qui vous feront part de leur analyse des dernières évolutions du secteur :

Thibault VERBIEST Avocat Associé DS Avocats
• « Crypto-finance et ICO : vers une nouvelle classe d’actif, les Tokens » – par Paul Bougnoux,
Associé Fondateur Largillière Finance
• « Système de paiement et désintermédiation » – par Emmanuel Solesse, Partner TNP
Consultants
• « L’ICO BCDiploma » – par Thibault Verbiest, Avocat associé DS Avocats
• « Binance : emblème de la croissance d’un nouveau secteur économique » – par Jean-Baptiste Pavageau, ICO Investment Manager, Belem
Pour ceux qui ne le seraient pas encore, nous vous invitons à vous inscrire sur votre site dédié Blockchain : www.barometreblockchain.com pour ne plus rien rater de l’actualité crypto et tokens !
Toute l’équipe Baromètre Blockchain Largillière Finance & TNP vous souhaite bonne lecture et vous donne rendez-vous dès le mois d’avril pour fêter le premier anniversaire du Baromètre !
Investissements & Analyses – Baromètre Blockchain #4 janvier 2018

Investissements & Analyses – Baromètre Blockchain #4 janvier 2018

Montants levés par les ICO en 2017 (en M$)

 

Source : TokenData

En 2014 et 2015, les ICOs étaient virtuellement inexistantes. La prise de conscience que les crypto-monnaies pouvaient être utilisées pour lever des fonds date réellement de 2016 avec 33 opérations d’ICOs. La plus marquante cette année-là est l’ICO de The DAO qui a levé 150 M$ sur Ethereum et qui a subi une fraude de 50 M$. Loin de décourager les entrepreneurs de la Blockchain, le nombre d’ICO a connuLes opérations d’ICO ont permis de lever 5,6 Mds$ en 2017. Un pic mensuel a même été atteint en décembre dernier avec plus de 1 Md$ levé. L’actualité entourant Tezos, qui avait levé 236 M$ en juillet dernier et dont le projet est désormais en suspens, a mis en exergue les risques que peuvent revêtir ces opérations. Malgré cela, le marché des ICO
atteint des sommets de fonds levés au cours des 4 derniers mois avec des projets emblématiques tels que Filecoin (257 M$ levés) ou Sirin Lab (158 M$). Autre constat : depuis septembre, seuls 35 % des ICO lancées atteignent leur objectif de levée. Cela démontre que le simple fait de lancer une telle opération ne permet plus de lever automatiquement de montants importants. La solidité et la crédibilité des projets sont dorénavant de plus en plus scrutées. À cela s’ajoutent les récents durcissements de la régulation de certains pays (USA, Israël…), qui auront le bon côté d’évincer les projets les moins sérieux et d’attirer les investisseurs qualifiés. Gageons que l’année 2018 se poursuive sur ces mêmes bases, et plus encore puisque de plus en plus d’entreprises déjà bien installées comptent également lancer leur ICO (Telegram, Kodak…). Ce qui va permettre d’intégrer totalement les ICO dans le paysage des levées de fonds. une véritable explosion en 2017 avec près de 216 opérations répertoriées à fin août ! Le taux de réussite des ICOs lancées depuis 2014 est excellent puisqu’il atteint 81% (taux identique sur la seule année 2017). Concernant les échecs connus, dans 71% des cas, aucune information sur les codes et/ou sur la technologie employée n’était disponible. Un facteur clé de succès à envisager sera donc la documentation technologique sous-jacente au projet (cf. Etude de cas Largillière Finance).

Répartition des types de levées de fonds dans le secteur de la blockchain (Hors ICO)

Sources : “Blockchain In Review” CB Insights, Coindesk

Le total des fonds levés dans le secteur de la Blockchain – hors ICO – a connu une forte hausse jusqu’en 2016 avant de baisser en 2017 – : la forte montée en puissance des ICO sur cette période y serait-elle pour quelque chose ? Le profil des projets financés a de son côté bien évolué depuis 2012. De 100 % de projets en amorçage financés en 2012, nous sommes passés à seulement 50 % en 2017, au profit de projets plus matures : près de 30 % des levées ont été des Séries A à E sur cette dernière année. De nombreux projets initiés au début de l’ère Blockchain évoluent et deviennent de plus en plus matures. Notons que quelques « méga-deals » ont tiré le montant des levées de fonds vers le haut comme la Séries A de 107 M$ du consortium R3 et les Séries D de Coinbase pour 100 M$. La levée de fonds de Coinbase a d’ailleurs fait émerger la première licorne du secteur de la Blockchain, valorisée à 1,6 Md$.

Parts de marché des 5 plus importantes crypto-monnaies sur les plateformes d’échange crypto

Calculé sur les 30 derniers jour au 19/01/2018

Source : Coinmarketcap

Explosion des inscriptions sur les plateformes d’échange crypto

Sources : Coindesk, Cointelegraph, Binance, Bitstamp,
Coinbase, Bitfinex, Kraken

Depuis début 2017 et l’envolée des cours de beaucoup de crypto-monnaies, Bitcoin en tête, les plateformes d’échange deviennent de plus en plus populaires. Le nombre de demandes de nouvelles inscriptions sur les plateformes les plus populaires a explosé en décembre 2017 . À titre d’exemple, les demandes d’inscriptions sur Coinbase n’étaient en moyenne que de 36 000 par jour en octobre 2017 contre 100 000 en décembre 2017 (soit +178%) et de 6 400 par jour en moyenne sur Bitfinex en juin 2017 contre 61 000 en décembre 2017 (soit +848%). Cette explosion de nouvelles demandes n’a pas été sans conséquence ! De nombreuses plateformes ont dû fermer momentanément le temps de pouvoir absorber ce flux entrant qu’elles n’étaient pas en capacité d’absorber. Ces « shutdowns » ont également eu des conséquences sur le cours des crypto-monnaies qui n’étaient plus échangeables sur plusieurs importantes plateformes. Le développement des crypto monnaies est intiment lié à celui de ces plateformes et à la capacité de ces dernières à gérer un flux de demandes toujours plus élevé. La faillite de la plateforme Youbit en Corée du Sud l’illustre parfaitement.
Après avoir subi une cyber-attaque en décembre 2017, la fermeture de la plateforme a entrainé une baisse des cours certaines crypto-monnaies, dont le Bitcoin qui a vu son cours chuter de près de 20 % ce jour-là ! La déclaration du Ministre de la justice Sud-Coréen visant à interdire les plateformes d’échange sur le territoire (démentie depuis) a par ailleurs provoqué une baisse de plus de 10 % du marché des crypto-monnaies.
Crypto-finance et ICO : vers une nouvelle classe d’actif, les Tokens

Crypto-finance et ICO : vers une nouvelle classe d’actif, les Tokens

La crypto-finance fait l’actualité depuis déjà plusieurs mois. Et pour cause, tant la valorisation du Bitcoin que les montants levés via ICO ne cessent d’étonner en atteignant des sommets.
Au point que l’ensemble de ces projets et opérations de levées de fonds est en train de donner naissance à un marché à part entière : à ce jour, plus de 1 300 crypto-monnaies sont recensées sur les plateformes d’échanges de crypto-actifs pour une capitalisation totale de plus de 550 Mds$ (au 25 janvier 2018). Les principales crypto-monnaies du marché sont :
• Le Bitcoin : 34 % de la capitalisation totale
• L’Ether : 19 %
• Ripple : 9 %
• Bitcoin Cash : 5 %
Sur ce marché des crypto-actifs, la nouvelle forme de financement qu’est l’ICO a donné naissance à un nouveau type d’actifs numériques : les Tokens. Ces derniers sont caractérisés par des droits qui leur sont attachés. Si les tokens de chaque projet sont uniques, il est néanmoins possible de les regrouper par grandes catégories :
• « Utility Token » qui donne un accès exclusif aux services développés par le projet, la
société ;
• « Equity Token » qui généralement donne droit au partage des bénéfices à l’image d’une
action ou d’une part sociale ;
• « Community Token » donnant des droits relatifs à la gouvernance de la société ;
• « Asset Token », token basé sur des actifs.
Quelle que soit la typologie de ces jetons virtuels, les porteurs de projets doivent être particulièrement attentifs à certains éléments clés pour la réussite de leurs opérations. Nous pouvons citer par exemple : le prix du token qui doit refléter au mieux sa valeur économique, le montant exact de tokens reçus en échange d’une unité de fiat-monnaie ou de crypto-monnaies ou encore s’assurer qu’un maximum de contributeurs souhaitant participer à la levée puisse le faire… Preuve supplémentaire qu’un nouveau type d’actifs voit le jour, des fonds d’investissement et de trading commencent à éclore un peu partout dans le monde. Et la France n’est pas en reste. Le fonds français TOBAM (9 Mds$ sous gestion), a récemment annoncé le lancement du TOBAM Bitcoin Fund, un fonds d’investissement alternatif non réglementé, le premier du genre en Europe, permettra aux investisseurs qualifiés et institutionnels d’investir dans le Bitcoin.
Comment voyons-nous le futur de ce marché en même temps naissant et en plein boom ? Les ICO / Token Sales constituent un nouveau mode de financement disruptif mais nous y voyons une vague de fond beaucoup plus forte qui débute. Celle de la « tokenisation » de l’économie. Assimilées parfois à la titrisation d’usage, d’actif ou à la réplication d’actifs financiers comme les actions, ce sont des start-ups technologiques du monde de la Blockchain qui ont tout juste ouvert la voie. Il est fort à parier que très vite, ce seront des acteurs plus structurés et bien plus importants ou anciens qui utiliseront les modalités de financement via l’émission et le trading de crypto-actifs. Certains secteurs tels que l’immobilier mettent déjà en oeuvre des projets en ce sens…

Chez Largillière Finance, nous voyons quatre sujets centraux dans l’avenir proche : la qualité des projets portés par des acteurs existants et plus uniquement par des start-ups, la solidité du modèle économique du token émis – lié à une analyse des fonds propres de l’émetteur -, la réglementation et la protection des acheteurs de tokens et enfin, le lancement de véhicules

Système de paiement et désintermédiation

Système de paiement et désintermédiation

Contexte

Les cryptomonnaies appuyées par la technologie blockchain connaissent un essor sans précédent et posent à présent une réelle question quant à la légitimité d’un système de paiement géré majoritairement par les institutions bancaires privées ou centrales. Le modèle même de ces acteurs historiques, peu sécurisé, couteux et présentant des délais considérables, est aujourd’hui remis en cause par le développement de nouveaux modèles proposant des transactions instantanées, sécurisées et gratuites. En effet, selon les estimations les plus alarmistes, la blockchain pourrait entraîner la fin des systèmes bancaires tels que nous les connaissons aujourd’hui. Nous n’en sommes toutefois pas là, même si la désintermédiation des moyens de paiement qu’offre la blockchain grâce au bitcoin ou bien l’etherum peut inquiéter les institutions financières.

Avantage des cryptomonnaies

La blockchain bitcoin jouit de plusieurs avantages par rapport aux banques dites traditionnelles : il n’y a pas de barrière à l’entrée : n’importe qui peut créer un service bancaire grâce à la technologie. De plus les frais sont très faibles par rapport à une banque traditionnelle. Enfin, une crise de confiance existe envers les banques, ce qui pousse certaines personnes à s’en passer et la blockchain apparaît alors comme la meilleure alternative.

Limites des cryptomonnaies

Cependant, plusieurs points limitent, pour le moment, la blockchain. La forte sécurisation de la technologie entraine une difficulté d’utilisation à grande échelle (nombre de transaction par seconde de 7). En outre, les cryptomonnaies sont extrêmement volatiles, ce qui ne favorise pas forcément leur utilisation dans un certain nombre d’opérations financières. À ce stade, les cryptomonnaies ont également un indice de confiance faible car elles sont encore largement perçues comme spéculatives (marchés émergents constitués de nombreux ‘nouveaux entrants’ aux comportements d’investissements imprévisibles, et dépourvus à ce stade de système de régulation).

Opportunité pour les acteurs historiques

Cette menace naissante peut également devenir une opportunité pour les banques. La stratégie est la suivante : s’accaparer la technologie et l’appliquer aux systèmes actuels. Le consortium R3 CEV réunissant plus d’une quarantaine de banques a pour mission de définir des standards interbancaires pour la mise en place de blockchains. Pour le moment, ils concentrent leurs expérimentations sur la blockchain de type privée. L’atout principal de la technologie pour les banques est la réduction des couts, que ce soit pour les paiements internationaux, le trading ou la
mise en conformité (on parle de 15 à 20 milliards d’économie pour les banques d’ici 2022). La technologie de registre distribué peut être utilisée pour effectuer des règlements instantanés ainsi que des opérations de compensation de valeurs mobilières. Les banques pourront alors proposer leur propre crypto-monnaies, et apparaître comme des acteurs de confiance.

Cas d’étude pour une banque française

Malgré la désintermédiation et le peu de frais qu’offrent la blockchain et les cryptomonnaies, les banques ne sont pas encore hors-jeu. Ces dernières commencent déjà à s’organiser comme au travers du consortium R3 CEV et les premiers projets commencent à voir le jour, à l’instar de l’initiative de la Banque et de la start-up Labo Blockchain avec la plateforme de financement participatif SmartAngels. La filiale service de titres de la Banque a développé un partenariat avec des plateformes de financement participatif (crowdfunding) permettant aux investisseurs particuliers et professionnels de financer des startups et PME. Les deux entités ont développé un outil de gestion des registres d’actions utilisant la blockchain. Cela permet aux entreprises non cotées de numériser leurs titres financiers et de gérer leur registre des actionnaires en utilisant un registre décentralisé et distribué. La plateforme fonctionnant correctement, la Banque travaille déjà à l’industrialisation de la plateforme avant de la commercialiser. De son côté, SmartAngels commercialisera une gamme de services de numérisation et de suivi de portefeuilles de
registres d’actions.

L’ICO BCDiploma

L’ICO BCDiploma

Le 19 janvier 2018, BCDiploma a levé 2 millions de dollars pour un projet innovant de certification de diplômes et de données.

Pour financer le développement et le déploiement de son application, la start-up française BCDiploma a organisé une ICO, « Initial Coin Offering ». Vente de « tokens » réalisée dans la
crypto-monnaie Ether (ETH).
BCDiploma est la quatrième ICO 100 % française réussie : 1 800 ETH (environ 2 Millions USD) ont été levés auprès de particuliers du monde entier.
Un champ d’application naturel de la Blockchain est la certification de documents ou de données, mais les applications proposées aujourd’hui ne sont pas encore à la portée du grand public. BCDiploma propose de faire entrer la blockchain dans les écoles et sur les CV grâce à une solution « web » simple à utiliser et ne nécessitant aucune connaissance technique. L’objectif de BCDiploma est de sécuriser et de rendre accessible en un clic des diplômes certifiés.
BCDiploma développe une application innovante basée sur la Blockchain publique Ethereum. Elle permet aux Ecoles de générer un lien pour chaque diplôme, lien que le diplômé pourra partager sur son CV et sur LinkedIn.
BCDiploma a été conseillé et accompagné par le cabinet DS Avocats.

Binance : emblème de la croissance d’un nouveau secteur économique

Binance : emblème de la croissance d’un nouveau secteur économique

En croissance régulière depuis plusieurs années, le volume d’échange des cryptomonnaies a connu une progression historique en 2017. À titre d’exemple, au 20 janvier 2018, le volume journalier d’échange sur le Bitcoin s’élevait à plus de 12 Mds$. En ajoutant le volume de l’ETH et de XRP, le volume journalier de ces 3 cryptomonnaies représentait un peu plus de 20 Mds$. Avec de tels chiffres, il n’est donc guère surprenant de voir l’acteur historique des plateformes d’échange – Coinbase – faire son entrer dans le club prestigieux des 23 nouvelles licornes de l’année 2017, avec une valorisation de 1,6 Md$ (classement CB Insights).
Mais dans ce secteur économique en pleine expansion, un nouvel acteur né il y a seulement 7 mois vient déjà se positionner comme la prochaine licorne : Binance.

Histoire 

L’histoire de Binance commence le 2 juillet 2017 lorsque la société annonce avoir terminé son ICO (Initial Coin Offering) seulement quelques heures après son lancement, pour un montant de 15 M$. 12 jours plus tard, Binance.com naquit.
Avec un nombre d’utilisateurs enregistrés au 14 janvier 2018 dépassant les 5,8 millions, Binance occupe le Top 5 des plus grosses places de marché en terme de volume journalier pour les cryptomonnaies. Le CEO – Changpeng Zhao – a annoncé que le profit de la société sur le premier trimestre 2018 s’élevait à 7,5 M$. Un chiffre aujourd’hui largement dépassé puisque la plateforme ne comptait qu’un peu plus de 125 000 utilisateurs enregistrés fin août. Pour indication, au 20 janvier 2018, le volume journalier d’échange sur la plateforme s’élevait à plus de 3,4 Mds$.

Les raisons du succès 

Les raisons du succès de Binance sont évidemment multiples. L’équipe est habilement composée d’un mélange d’experts en blockchain, en cryptomonnaies et en finance. L’interface traduite en 8 langues, la simplicité d’utilisation, les fonctionnalités et la sécurité sont quelques-uns des atouts majeurs de la plateforme.
L’engagement communautaire autour de Binance est très important et de nombreux programmes sont présents pour faciliter toujours plus l’adhésion des traders. La technologie développée pour soutenir le volume de transactions (qui supporte jusqu’à 1,4 millions d’ordres par seconde) a permis à la société de lister plus de 240 cryptomonnaies en quelques mois sur la plateforme sans perturber son fonctionnement.
Une autre particularité de Binance provient de l’usage de son token natif (BNB). Sans rentrer dans les détails économiques sous-jacents à ce token, Binance a réussi à créer un système générateur de valeur à long terme, à la fois pour les traders qui achètent et détiennent le token (réduction des frais et système de buy-back) ainsi que pour la société elle-même (elle détient 80 millions de tokens).

Futur

Binance continue son expansion dans d’autres domaines afin de créer un écosystème complet dédié à la recherche, au financement et au lancement de projets liant blockchain et cryptomonnaies. Cette société n’est qu’un simple exemple parmi d’autres et reflète la transformation de l’ensemble du secteur. En Corée du Sud, une dizaine de nouvelles plateformes similaires devrait voir le jour d’ici le milieu de l’année 2018.
Au Japon, la banque Mitsubishi UFJ Financial Group (10ème plus grosse banque mondiale au classement Forbes 2017) a officiellement annoncé le 14 janvier 2018 être en cours de préparation pour lancer sa propre plateforme d’échange de cryptomonnaies. Elle a également annoncé le lancement d’un token interne en mars prochain. D’autres banques en Asie ont par ailleurs exprimé un intérêt pour le sujet.
Il ne fait aucun doute que la combinaison entre le faible niveau de maturité du secteur et l’explosion du nombre d’acteurs dans l’écosystème est particulièrement profitable au développement d’un vaste champ d’opportunités au cours de ces prochaines années. Les solutions proposées seront de plus en plus matures, s’engageront pour les bonnes pratiques dans le secteur et respecteront la volonté des régulateurs.
News

News

Blockchain startup Stratumn (France) announced the completion of a blockchain proof-of-concept trial involving 14 insurance companies. The trial was piloted by the French Federation of Insurers (FFA) and received support from «BigFour» accounting firm Deloitte

•This project aims at streamlining inter-insurers information flows in the context of the new French regulationson customer mobility (HamonLaw). Insurance mobility is the process by which consumers switch carriers, and is subject to various regulations covering the insurance sector
•The project, is the most advanced blockchain experimentation in the insurance sector in Europe. It was designed to help insurance companies streamlining their notification dispatches in the context of the Hamon Law, a recent French law. This new regulation allows consumers to switch insurance companies at anytime after the first year of coverage and requires, in some cases, that insurers complete the process within 30 days of the customer’s request

ChainLink, Blockchain sStratumn is also working towards ensuring that consumers’ data will be handled in compliance with the European Union’s General Data Protection Regulation (GDPR), which comes into effect in 2018. This solution is made possible by Stratumn’s unique combination of two technologies : 

•Blockchain technology provides a shared and secure data repository to all stakeholders while reducing dependency on trusted third parties. Insurers can rely on the Proof of Process Technology to arrive at a consensus about the existence, nature, and evolution of a process
•Advanced cryptography guarantees privacy and confidentiality of all process data, and limits information disclosure to the strict minimum required to complete the cancellation process

Blockchain Startup, DragonChain completes $13.7Million ICO

•The funding will go toward development as well as establishing a market for the firm’s Dragon token
•Dragonchain started as an internal project at Disney in 2014, until the company dropped the project in 2016 and open-sourced its work. Disney is no longer involved in Dragonchain

Blockchain startup LaLa World (Singapore) aims for financial services for all – Aims to bring the underbanked and underserved population of the world into the financial mainstream

•LaLa World has LaLa Wallet, a peer-to-peer ecosystem that aims to revolutionize the way in which people andmicro and small businesses make transactions, payments and borrow money
•It also aims to change how people buy insurance, remit money, perform daily transactions through cards (both virtual and physical) and buy banking products

U.K.-based Startup CygnetiseLtd. announced today a seed funding round of $1.32 Million led by London-based Calibrate Management Ltd. to push forward is authorized signatory list managementservices backed up by blockchain technology

Blockstack’s initial coin offering (ICO) has raised $50 million through the sale of 440 million tokens

•Blockstack is a new internet for decentralized apps where users own their data directly
•Investors–Union Square Ventures (USV), Foundation Capital, Lux Capital, Winklevoss Capital, Blockchain Capital, Digital Currency Group, Y Combinator partner Qasar Younis, Techcrunch founder Michael Arrington and Digg founder Kevin Rose

Zilliqa, a blockchain platform based on the technology of sharding being developed by researchers from National University of Singapore to solve the issue of scalability of blockchain, has announced a partnership with GB Blockchain Labs (GBBL), the blockchain arm of Global Brain, one of the largest VC firms in Japan

•Zilliqa has already built a working platform and that their internal testnet has reached a peak throughput of 2,488 transactions per second

BitGo, a US-based blockchain technology company, raised $42.5 million in a Series B fundraising round

•BitGo to use the money to expand its business outside the US to help more companies enter into the digital coin market. Hedge funds and other institutional investors use BitGo’s technology to overcome some of risk and compliance issues associated with digital currencies
•The fundraise was led by Valor Equity Partners and DRW, a Chicago-based trading firm. Already, a number of companies utilize BitGo’s technology to power their own cryptocurrency products, including CME Group and The Royal Mint

Everipedia is building the world’s first encyclopedia on the blockchain which incentivizes content creators by allowing them to become stakeholders in the encyclopedia network themselves

•Larry Sanger, the co-founder of Wikipedia, has joined blockchain startup Everipedia as chief information officer
•Everipedia to move the entire process of editing and storing articles onto the EOS blockchain and IFRS

•Everipedia raised funding from Mucker Capital, David Segura and David Petersen, the co-founder and CEO of Buildzoom. Last year, it raised US$130,000 in a crowdfunding campaign on Wefunder

Qlink, a Singapore-based project, is going to build the world’s first mobile network powered by Blockchain technology

•Qlink aims to create a P2P Wi-Fi network for digital assets like SMSpackages, Wi-Fi hotspots and data. The company’s end goals are to enable quicker content distribution, develop new revenue channels and establish a new data clearing platform among major carriers

•The Qlink ecosystem allows industry players to adopt a user-driven approach, and leverage new business models to disrupt and impact the traditional telecomsystem. Digital assets are registered on the Qlink NEO Blockchain, whereas billing and content information will be featured on Qlink chain. The dual Blockchain architecture will streamline communication through the cross-chain protocol
•To create a truly decentralized mobile network, Qlink will also launch its very own vehicle-mounted hardware, Qlink Base Station. The aim will be to allow the end-user to contribute to the decentralized 4G network coverage. The company crowdsale runs on the NEO Blockchain

Israeli Blockchain Startup Colu raised US$14. 5 Million from IDB Investment as a part of its Colu Local Network (CLN) token presale. Major contributors are IDB Development Corporation, Spark Capital, eToro, Aleph and former Thomson Reuters CEO Tom Glocer. The startup creates localized, digital currencies

Shipchain (USA) is making a logistics and freight platform using blockchain to bring levels of accountability, transparency, andtrust

•The ShipChain platform unifies shipment tracking on the Ethereum blockchain, using a sidechain to track individual encrypted geographic waypoints across each smart contract. With this system, the meaning of each cryptographic waypoint is only accessible for interpretation by the parties involved in the shipment itself. This gives shippers more visibility across their supplychain, and allows carriers to communincate with ease
•Information about loads, geo waypoints, and other basic information is recorded and publicly validated within the sidechain. On the shipment’s delivery and confirmation, the contract is completed and stored on the main blockchain

Ethereum blockchain-based startup Leverj raised $13.5 Million in ICO

•The ICO proceeds will be used to further develop its decentralized platform for cryptocurrency derivatives trading. Using the ethereum blockchain, the platform provides traders with a more secure and seamless Platform for digital currency exchange

CENTRE-blockchain startup Circle’s recently launched subsidiary, has raised $20million in an initialfunding through Simple Agreement for Future Tokens (SAFT) sale

•The funding to be used to bootstrap the creation of a non-profit foundation to oversee development of the CENTRE open protocol, services, network, and partnerships
•CENTRE, is an open source, decentralized crypto-powered consumer payment network that would allow money to flow between wallets just like information between browsers, email between mail services and texts between SMS providers

Singapore Blockchain Startup VeriME announced partnership with WeShop & Moin

•VeriME, a blockchain decentralized digital identity verification platform that provide secure customer verification and authentication services
•Moin-South Korea’s blockchain based cross-border remittance service provider

•WeShop is across-border retail import-buy facilitation brand

ShelterZoom, an Ethereum blockchain-based online offer and acceptance platform for the real estate industry, has gone live in the U.S., with global markets to go live in the first quarter of 2018

•ShelterZoom is designed to streamline the process of making and accepting real estate offers, reducing paperwork and improving transparency of buying and selling. The system has been built to the Real Estate Standards Organization standards
•The ShelterZoom online offer and acceptance platform includes a dashboard – the Offer NOW widget, and a mobile app which is available on Google Play and iTunes, enabling buyers and agents to instantly submit offers from online real estate listings with just a few clicks or taps

Chiffres marquants – Baromètre Blockchain #3

Chiffres marquants – Baromètre Blockchain #3

93 milliards d’$

Valorisation du Bitcoin au 16 octobre 2017 / 5 600 $ : cours de Bitcoin au 16 octobre 2017

172 milliards d’$

Valorisation des crypto-monnaies au 16 octobre 2017 / 177 Mds$ : pic de valorisation au 1 er septembre 2017

232 millions d’$

Montant record levé par l’ICO de Tezos (Suisse), dont 160 M$ collectés en 32 heures

2,4 milliards d’$

Montant cumulé des fonds levés via ICO depuis 2014 dont 2,1 Mds$ levés depuis le 2 janvier 2017

87,6 %

VS

52,5 %

Baisse de la prédominance du Bitcoin sur les autres crypto-monnaies depuis le 2 janvier 2017, Simultanément à la montée en puissance de l’Ether de 3,9 % à 18,5 %

Baromètre Blockchain #3 octobre 2017

Baromètre Blockchain #3 octobre 2017

Paul BOUGNOUX Associé Fondateur Largillière Finance

Dans le précédent numéro de votre Baromètre Blockchain, nous vous parlions de l’engouement soudain pour ce nouveau type de levée de fonds que sont les ICO (Initial Coin Offering), chiffres – édifiants – à l’appui. L’été est passé par là et… le mouvement s’est encore accéléré ! Et, comme vous le verrez, chez www.barometreblockchain.com, nous ne sommes pas en reste…

Mais avant de démarrer, petit retour en arrière. Il y a huit ans était lancé de manière confidentielle par Satoshi Nakamoto le « Bitcoin paper », base qui allait donner naissance à la toute première crypto-monnaie : le fameux Bitcoin. En janvier 2009, la première plateforme de trading de Bitcoin voit le jour : le taux de change initial sera de 1.309 Bitcoin pour 1 $. A l’heure où vous lisez ces lignes, le cours a déjà dépassé 5.600 $ pour 1 Bitcoin (au 24 octobre) … Nous vous laissons faire le calcul quant au rendement !

Thomas BUREAU Directeur Largillière Finance

Tout ça pour dire quoi ? Que cette évolution reflète l’intérêt des acteurs de l’économie « réelle » pour les crypto-monnaies. Aujourd’hui, des groupes tels qu’Amazon, Microsoft, Paypal ou Tesla acceptent le Bitcoin comme mode de règlement. Il ne s’agit plus d’un effet de mode ou pire d’une fraude comme Jamie Dison, le Président de JP Morgan, a pu l’annoncer cet été. D’ailleurs, d’autres grands argentiers ne sont pas du même avis, comme Christine Lagarde qui estime qu’on ne peut pas ignorer les crypto-monnaies ou bien les équipes de M. Dison qui ont racheté massivement du Bitcoin après sa chute début octobre …

Benoit RANINI Président TNP

Dès que l’on s’est rendu compte que les crypto-monnaies constituaient un nouveau moyen de paiement, il n’a pas fallu longtemps pour que l’idée de les utiliser pour lever des fonds ne surgisse. Ainsi sont nées les ICOs. S’en est suivie la progression faramineuse de ce nouveau moyen de financement, des start-ups notamment : début octobre, le Wall Street Journal annonçait 2,1 Mds$ levés par 170 ICOs depuis le début de l’année. Parfois à des rythmes défiants l’entendement : cet été, les Suisses de Tezos ont levé 232 M$ dont 160 M$ les 32 premières heures… (cf. Chiffres Marquants).

Chez Baromètre Blockchain, nous ne sommes pas qu’observateurs de ce mouvement de fond (!) Et oui, nous nous situons aux avant-postes – nous le répétons, il s’agira d’un avantage compétitif à très court-terme – en matière de Blockchain et d’ICO. Comment ?

Emmanuel SOLESSE Partner TNP

Tout d’abord, Largillière Finance et DS Avocats organisent LA conférence de référence sur les ICOs le 9 novembre prochain au Palais Brongniart. Vous voulez tout savoir le fonctionnement d’une ICO ? Approfondir vos connaissances ? Ou simplement partager votre expérience ? Inscrivez-vous vite tout de suite sur www.ico-conference.com !

Comme si cela ne suffisait pas, nous rédigeons également un Livre Blanc sur le thème « Blockchain, crypto-assets et tokenisation » dont le lancement officiel sera effectué le 30 novembre prochain lors d’une conférence chez DS Avocats à Paris.
Pour l’heure, vous retrouverez dans cette troisième édition de votre Baromètre Blockchain les Avis d’Experts comme vous en avez maintenant l’habitude :
Thibault VERBIEST Avocat Associé DS Avocats
•« Quelles sont les clés de la réussite d’une ICO » – par Paul Bougnoux, Associé Fondateur Largillière Finance
•« Application de la Blockchain aux processus d’Entrée en Relation Client » –  par Emmanuel Solesse, Partner TNP Consultants
•« Internet Music : une ICO à suivre » – par Thibault Verbiest, Avocat associé DS Avocats
•« Fizzy, le premier produit d’assurance français retard de vol par AXA » – par Sébastien Bourguignon, Manager Octo Technology

Si vous ne voulez pas rater le train « crypto », vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Vous inscrire sur www.barometreblockchain.com pour ne rien rater de l’actualité Blockchain et ICO. Sans oublier de venir nous rendre visite les 9 et 30 novembre prochains. Nous comptons sur vous !

Toute l’Equipe Baromètre Blockchain Largillière Finance & TNP vous souhaite bonne lecture et vous donne rendez-vous début 2018, année de la révolution crypto !